Maffiou’s

Accueil > Maison > La maison de Trevignin > Le toit

Le toit

jeudi 10 février 2005

Le toit de la maisonette de Trevignin etait initialement en tole cimentee avec de l’amiante...

Dans notre projet, nous prevoyons d’habiter dans cette batisse pour la duree des travaux, c’est a dire peut etre 6 mois... Il est important que la maison soit saine et bien isolee : Il nous faudra donc changer le toit pour une couverture plus traditionnelle.

Apres nettoyage de l’isolation existante, il apparait que la structure de la charpente ne permettra pas de soutenir une couverture traditionnelle, il faudra donc la deposer presqu’en totalite et recreer une toiture presque from scratch.

Avant de tout casser, je mesure le toit sous toutes ses coutures. Le montage actuel n’est pas genial, mais ca donne un point de depart. L’etage a couvrir est grosso-modo un carre de 4m20 de cote... Les fermes qui sont les seuls elements de la toiture qui resteront en place font a peu pres 6 metres [1]. Les chevrons que nous poserons feront 4 metres. Initialement, nous avions prevu de les couper plus court, d’une taille similaire a la couverture existante, mais apres reflexion, un debord plus large est quand meme sympa et c’est l’option retenue.

On calcule tout le matos necessaire, je choisit un style de tuile, sur les conseil de mon pote Bruno : “Il a mis les meme, ca va nickel !!”. Ce sera donc des tuiles arboise rectangulaire a pureau plat de chez Jacob (la doc est la ). La couleur sera rouge nuance qui donne un petit cote patine et on prend le petit moule : le toit est assez petit, ce sera donc plus jolie, dixit Bruno...

Je bidouille un fichier excel pour etre sur de ne pas me gourrer, ce qui ne manquera pas... On prevoit un chevron tout les 40 cm (contre tout les 1m sur la version precedente) des contre-lattes pour l’ecran sous toiture et des litaux tout les 25cm... Au total, ca fait que je commande 140 metres de chevrons, 140 metres de contre-lattes, 200 metres de litaux (Oups, je me suis plante de 100 metres !!!) Je prevoit un peu de marge pour les chutes, mais je suis tres en dessous de la realite !!! Pour les tuiles, mon calcul donne 950 tuiles et les palettes font 480... Par precaution, je voudrais en prendre un peu d’avance, pour remplacer la casse au moment de la pose ou apres... Malheureusement, comme c’est sur commande uniquement, il faut que je prenne une palette complete en rab... j’ai prevu de mettre la meme tuile sur les ecuiries, ca devrait donc pas etre en pure perte...

Le matos

Trois bonnes grosses palettes de tuiles sont livrees, apres presque 3 mois d’attente. Je tiens absolument a me faire livrer un vendredi pour pouvoir attaquer le toit des le lendemain matin. Je me suis deja fait faucher assez de trucs comme ca, pas question de laisser ce materiel trainer dehors pendant plusieurs jours. Le livreur parvient a me rajouter in extremis dans sa tournee du vendredi... Ca ne manque pas, il est a la bourre, ne me previent pas qu’il est en train de me livrer et attaque tout seul de nuit. Les tuiles se retrouvent a 150 metres de la petite maison : il faudra les transporter, quel bonheur. Au passage, le livreur accroche son camion dans le tas de gravat, casse quelques loupiottes et quelques tuiles, rouspete et s’en va... il y a aussi un tas de bois, avec presque tout ce qu’il faut...

La main d’oeuvre

3 gaillards en plus de moi :
- Bruno, le seul qui sait ce qu’il fait, c’est lui qui guidera la main d’oeuvre non qualifiee que nous sommes. Il a deja fait plusieurs toits et est une star du bricolage.
- Christophe, plein de bonne volonte et pas mauvais au lance de tuile (moins mauvais que prevu en tout cas), se pointe avec l’oeil vitreux, en general vers 13 heures.
- Thomas, viens quelques heures par ci par la, mais doit souvent partir en vitesse car c’est sa nana qui fait la loi chez lui : faut pas la faire attendre !!

En tout cas, sans les muscles de ces petits gars, le toit ne serait pas la ou il est, c’est sur, a charge de revanche donc !!

Le premier jour

Pour cette partie la, nous ne sommes que deux au debut, Bruno et moi. On commence par un demontage en regle, on fait gaffe a ne pas casser ou effriter les toles pour ne pas liberer de fibres d’amiante dans la manip. Les toles sont plus lourdes que je pensais, mais on s’en sort sans trop de soucis. On fait un tas propre un peu a l’ecart : la solution pour s’en debarrasser ne semble pas trouve d’avance : les dechetteries refusent ce genre de dechet, et la societe qui loue des bennes aussi. Comme l’enterrement dans un coin discret ne me plait guere, il faut une autre solution... J’ai repere un voisin qui a un toit fait avec le meme materiaux et il semble lui manquer 2 ou 3 toles, peut etre sera-t-il content d’utiliser les mienne ?

On depose aussi la charpente, les chevrons n’ayant pas la bonne section. Il y a un petit travail d’equilibriste, et bien qu’on soit (presque) tous des clowns, on a pas fait l’ecole du cirque... J’interdis a tout le monde de tomber, meme pour rire, tant que le toit n’est pas fini. Il faut savoir etre ferme.

Le pere Christophe nous rejoint un peu plus tard et passera un moment a recuperer les chevrons deposes, parceque faut pas gacher !!

On depose aussi l’apentit qui n’est pas compatible avec la nouvelle longueur de toit prevu. On ne met pas tout par terre quand meme car c’est la qu’iront les ecuries a terme : On essaie donc de garder un maximum de chose en place pour ne pas avoir de probleme par rapport au reglement d’urbanisme au remontage [2].

On procede a la pose des nouveaux chevrons apres avoir bisaute une des extremites a la tronconeuse pour faire un joint au sommet. Les clous a poser sont enormes et j’en foire quelques uns avant de prendre le coup de main. Au fur et a mesure, la masse pese de plus en plus lourd. Je ne suis pas mecontent quand le cloutage est termine.
Malheureusement, la nuit tombe et nous devons remettre au lendemain la suite du labeur.

Le deuxieme jour

Malheureusement, il pleut ce jour la, difficle de monter sur le toit dans ces conditions. Le probleme principale que ca pose c’est que Carol et moi avons prevu de partir presque 15 jours en Angleterre pour les fetes. ca m’embete un peu de laisser tout en plan comme ca. Par le passe, je me suis deja fait pille la maison et je ne veux pas donner d’opportunite aux brigands.

Nous prenons la decision de deplacer les tuiles pres de la maisonette. Il aurait fallut le faire de toute facon et ca compliquera un peu la tache d’un voleur potentiel dans la mesure ou ca eloigne le materiel de la route. Celui-ci sera aussi un peu cacher par les buissons, ce qui n’est pas plus mal. Sous la pluie donc, nous entamons la noria avec 2 brouette pour transporter 3 palettes de tuiles sur 150 metres. Nous sommes 4 : un pour charger, un pour decharger et deux qui font les voyages. On arrive a mettre 24 tuiles par brouette, ca fait donc un total de 30 voyages par brouette. Evidement, le terrain devient vite boueux, on amenage donc un passage avec des toles et ca roule nickel.

Le troisieme jour

Apres les vacances de Noel, nous rattaquons le chantier. La bonne nouvelle c’est que rien n’a disparu, tout le matos est la, pret a l’usage. Aujourd’hui, nous attaquons l’ecran sous toiture, le litelage et j’espere la couverture.

Au debut de la journee, nous en sommes la :

Des vues d’artiste :

Appreciez que l’on commence a bosser de bonne heure !!!

Avant de tout monter et de se rendre compte qu’on s’est loupe, et qu’il faut tout refaire, on fait une simulation aux endroits un peu critiques : le bas du toit, la faitiere, ca permet de verifier que l’on a bien compris l’appareillage et faire les mesures en connaissance de cause... Ca prend un peu de temps, mais c’est beaucoup de temps gagne pour la suite... Une fois encore l’experience de Bruno est salutaire.

- En bas du toit

- En Faitiere

Les pignons depassent un peu entre les chevrons, il faut donc leur raboter un peu la gueule a la disqueuse.

On enchaine avec la pose de l’ecran. Celui-ci repose directement sur les chevrons. Je coupe les laies au sol, avec un peu de marge puis nous les agraphons aux extremites. A termes, elles seront maintenu en place par les contre-lattes. Heuresement, il n’y a pas trop de vent, la pose ne revele pas de difficulte particuliere. Nous prenons bien garde a prevoir un recouvrement de 10-15 cm entre les laies et de les poser en commencant par le bas (afin que les gouttes d’eau restent a l’exterieur). Normalement, a cette altitude et vu l’angle du toit, l’ecran est theoriquement superflu. Mais bon, autant mettre tout les elements de notre cote pour etre confortablement installe.

On procede ensuite au contrelattage, puis aux litelage, On trace la position de chaque litau sur les contrelatte au cordeau (tous les 25cm comme preciser dans la doc de la tuile), puis il faut clouer...

Le tat de tuiles qu’il faudra monter. Il y a le meme de l’autre cote pour l’autre face.

La suite et fin dans pas longtemp : Le toit, le retour...


[1Assez typique des maisons savoyardes avec un grand debord pour ne pas se mouiller ou marcher dans la neige quand on sort faire le tour de la maison

[2C’est plus simple pour justifier de la presence d’un ancien batiment, si celui-ci est encore en place, au moins partiellement

Messages

  • Maffiou t’es vraiment halluciant !
    Il va falloir que je vienne inspecter ces travaux...
    Ji

    • je tiens a protester energiquement quant a ma contribution de ce toit. "pas mauvais au lance de tuiles..." Non, mais, c’est quoi ce bordel ! y’aurait une epreuve aux J.O., je serais sur la plus haute marche du podium ! Et je ne parle pas des courbatures qui m’ont fait prendre conscience d’un certain nombre de muscles dont je ne soupconnais pas l’existence.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.